JE SUIS Là !!!!
Massages et Réflexologie

MASSAGES : Le bien-être à portée de main

Malgré le culte apparent du corps, sportif et visuel, le mode de vie moderne privilégie les activités de l'intellect au détriment des activités corporelles, et néglige - voire occulte - des stimulations sensorielles, celles qui viennent du toucher. Et pourtant, le Toucher est un réflexe archaïque qui appartient à l'Homme en général, quelle que soit sa culture. Il a probablement été utilisé depuis des millénaires aussi bien de manière spontanée et instinctive que selon des critères précisément définis, pour diminuer les tensions musculaires (60% du poids est en muscles), soulager les douleurs (il améliore la qualité de la circulation du sang), prévenir (le massage accélère la régénération des tissus en augmentant les échanges dans le corps et en stimulant l'élimination des toxines) ou guérir (en accélérant la circulation de la lymphe, le massage augmente les capacités du système immunitaire)

Si, en Orient, ces types de soins du corps ont été plus ou moins conservé par les différentes traditions, il en va différemment en Occident où la religion - en dévalorisant le corps - et l'esprit rationaliste impulsé par Descartes - en donnant la prédominance à la Raison sur le Ressenti - ont séparé artificiellement le corps et l'esprit.

L'époque actuelle tend à retrouver cette liaison essentielle et intègre de l'Orient et de l'Occident, à la fois le savoir-faire et le savoir-être. Le massage retrouvé en devient à la fois instrument de guérison et de développement personnel.

LA PEAU: UNE CONSCIENCE DU CORPS

Couvrant la globalité du corps, elle pèse 4 kg pour environ 2 m2 de superficie. Elle mobilise 70% de la circulation sanguine et près de 650 000 récepteurs sensoriels, soit la quasi-totalité des terminaisons nerveuses. La peau est issue du même feuillet embryologique que le cerveau: l'ectoderme, qui donnera naissance à l'ensemble du système nerveux ainsi qu'à l'ensemble des organes des sens. Comme si la peau était la surface extérieure du cerveau ou bien le cerveau la couche la plus profonde de la peau, peau et cerveau sont les deux parties d'un même tout. Outre ses fonctions l'élimination, de protection, de sécrétion, de respiration, la peau est l'interface du corps avec le monde, et nous permet donc d'avoir la conscience de la corporalité, de l' " incarnation " , de l'unité du corps.

LES EFFETS DU MASSAGE

La sensibilité est distribuée sur toute la surface du corps par les terminaisons des nerfs sensitifs - les corpuscules du tact - qui transmettent au cerveau et à la moelle épinière les impressions de contact et les variations de température qu'ils reçoivent du monde extérieur.

STIMULANT

La cellule musculaire doit se contracter régulièrement et assez fortement pour :

Ce courant ininterrompu de matière vivante conditionne la vie ou atrophie la cellule. En effet, si l'activité est inexistante, à la suite par exemple d'une immobilisation forcée d'un membre, des oedèmes peuvent apparaître, conséquences de la stagnation des liquides dans les espaces intercellulaires.

En pétrissant les masses musculaires, le massage favorise le brassage de liquides intérieurs, c'est à dire stimule l'absorption intramusculaire.

DEFATIGUANT ET DECONGESTIONNANT

Les déchets toxiques issus de l'oxydation des matériaux alimentaires sont éliminés par les reins et les glandes sudoripares via le liquide interstitiel.

IL en résulte que régulièrement, ce liquide sature et empoisonne la cellule qui y puise sans discontinuer les matériaux neufs issus de la digestion. Ainsi, dans ce milieu intérieur empoisonné, le fonctionnement des cellules s'en trouve altéré, caractérisant l'état de fatigue.

Le massage permet de hâter la remise en état du milieu intérieur. Un léger brassage des espaces interstitiels refoule la masse sanguine des extrémités vers le centre, provoquant ainsi une accélération de l'évacuation.

C'est un principe similaire qui prévaut pour décongestionner.

En effet, autour des points douloureux, au niveau des contusions, les vaisseaux sont plus ou moins gorgés de sang, provoquant en partie la douleur. La friction diminue les phénomènes congestifs et contribue donc à apaiser la douleur.




Création et gestion du site: web.pignat.ch |